Interview exclusive avec Quentin Delcourt, Réalisateur, Producteur, Acteur Français et            Co-Fondateur du Festival du Cinéma Plurielles

Par Jean-Paul Eliard
le 21 / 05 / 2021

 

Bonjour Quentin, d'abord je suis très heureux de faire cette interview et j'espère que vous allez bien.

Plaisir partagé, surtout en ces jours de réouverture des cinémas et autres lieux de culture !

 

Pouvez-vous, vous présenter aux visiteurs de cinema-movietheater.com ainsi que le Festival du Cinéma Plurielles ?
Le festival Plurielles est un festival indépendant mettant en lumière les femmes et l'inclusion dans le cinéma international contemporain.
Il s'agit d'une compétition de films du monde aux valeurs d'émancipation et de transmission, mêlant cinéma d'auteur et films grand public.
On y retrouve aussi des tables rondes, les équipes de films rencontrent le public et nous avons cette année une journée professionnelle pour les distributeurs et les exploitants.

 

Vous êtes co-fondateur avec Laurence Meunier du festival du cinéma Plurielles. Comment est né ce festival ?
Ce festival est né de notre rencontre au festival de Cannes en 2017.
Laurence Meunier, PDG du cinéma Majestic Compiègne, voulait organiser quelque chose autour des femmes dans son multiplex et elle savait que c'était mon sujet de prédilection.

Nous avons alors organisé la première édition du festival Plurielles en 2018, qui s'étendait sur cinq jours.
L'année suivante, nous avons triplé le nombre de jours, de films et de spectateur, afin de marquer le coup et nous sommes désormais à la durée qui nous correspond le mieux, soit 11 jours. 

 

Comment sont sélectionnés le jury et la programmation du festival ?
Les Membres du jury sont choisis principalement pour leur engagement et leur personnalité authentique. À Plurielles nous cherchons des figures emblématiques, positives et inspirantes, pour toutes les générations confondues.

Nous avons aussi pour tradition d'avoir dans les jurys des invités des années précédentes. Les artistes le savent comme ça : quand ils viennent présenter un film au Festival Plurielles, il se peut qu'on leur propose une place de membre du jury l'année suivante.

Je suis vraiment très fier de nos deux jurys cette année et de la co-présidence du jury de la compétition internationale, qui est assurée par Emmanuelle Béart et Aïssa Maïga, deux icônes de l'engagement et du féminisme. Concernant la programmation, le choix est quasiment scientifique.

Nous avons opté avec Laurence depuis la création du festival de programmer des films d'auteurs mais aussi des films très populaires/commerciaux. Le but est vraiment de ne pas créer d'exclusion.

Les films sont vus dans les autres festivals, en projections privées, certains sont envoyés par les créateurs eux-mêmes, et d'autres nous sont envoyés par liens privés tout au long de l'année.

 

Qui sera mis à l'honneur pour le Festival 2021 ?
La liste de nos invités est longue cette année ! À part le jury - qui est composé de Camélia Jordana, Anissa Bonnefont (réalisatrice de Wonderboy :
Olivier Rousteing né sous X), Anastasia Mikova (réalisatrice de Woman),

Sarah Stern, Gaïa Weiss et Djanis Bouzyani.

Nous recevrons entre autres Yamina Benguigui et Isabelle Adjani pour Soeurs, Charlène Favier et l'équipe de Slalom, Aïssa Maïga et Isabelle

Simeoni pour Regard Noir, Marie-Castille Mention Schaar pour A Good Man, Stéphane Pillonca pour C'est toi que j'attendais, Frédéric Farruchi,

Guang Huo et Camélia Jordana pour La Nuit Venue, Gaïa Weiss et Mathieu Turi pour Méandre, Julien Rambaldi et Sarah Stern pour C'est la vie, Emmanuelle Béart et Ludovic Bergery pour L'Etreinte, Pierre Filmon, Laetitia Eido et Pierre Rochefort pour Entre Deux Trains, etc.

Nous aurons aussi des tables rondes et des invités pour des conversations, que ce soit autour de l'endométriose avec Enora Malagré ou de la représentation des personnages et acteurs d'origine asiatique dans le cinéma français avec Linh-Dan Pham, Frédéric Chau, Steve Tran, Guang Huo et notre invité d'honneur Mr Yoshi Oïda.

Présentation du Festival de Cinéma Plurielles 2021
Présentation PLURIELLES 2021_280421 _V4.[...]
Document Adobe Acrobat [4.9 MB]

Que remporte le gagnant ou la gagnante ?
C'est une compétition de films, il y a plusieurs prix décernés par le jury : meilleure actrice, meilleur acteur ou actrice dans un second rôle, meilleur scénario original, meilleur film, prix du jury, prix technique du Majestic Compiègne. Le public aussi a le droit de vote avec le prix du public.

Cette année, nous avons trois nouveaux prix très importants :

le prix du Meilleur documentaire, et les prix Plurielles Emergence, qui sont remis par un autre jury et récompensent le meilleur court métrage et le meilleur premier film français.

Ces deux dernières catégories ont pour mission de contribuer à l'émergence de nouvelles voix du septième art en France.

 

Quels genres de Cinéma aimez-vous ?
J'aime les films qui poussent à réfléchir et nous sortent de notre zone de confort. J'aime un cinéma qui ne s'excuse pas, et des metteurs en scène qui ne suivent pas forcément les codes. Plutôt les drames que les comédies, ou des thrillers. 

 

D'où vous vient l'idée du film Pygmalionnes ? Comment était le tournage ?
L'idée de Pygmalionnes est née avec le premier festival Plurielles en 2018, juste après l'affaire Weinstein et l'émergence du mouvement Me Too.

J'avais envie de recueillir les témoignages de femmes du cinéma français qu'elles soient actrices, réalisatrices, productrices, cheffes opératrices,

agents d'artistes ou exploitantes et de montrer que ces femmes sont des muses et des bâtisseuses.

Le tournage fut fantastique. Quand on prend le temps de s'assoir et d'écouter quelqu'un nous parler de son parcours et de son univers, on en ressort forcément grandi.

C'était ce que je recherchais avec ce film, à grandir avec Autrui. Et j'ai rencontré des femmes formidables, qui feront très longtemps partie de ma vie. 

 

Quel est votre prochain défi ou projet. Ce qui n'est pas toujours évident en ce moment avec le Covid-19 ?
Je suis actuellement en écriture d'une série adaptée du livre Moi j'embrasse de mon ami Clément Grobotek, qui traitera de la prostitution masculine de luxe à Paris, et avec ma boîte de production IRRIX Films nous sommes en financement de mon premier long métrage de fiction, Les Mouettes, qui parle de bipolarité et qui est une histoire très personnelle qui a motivé mon retour du Canada et que j'ai envie de porter à l'écran depuis quelques années déjà. Dans ce film, nous retrouverons entre autres Béatrice Dalle, Victor Belmondo, Laurent Lucas, Djanis Bouzyani, Paul Gomérieux et Linh-Dan Pham.

La crise sanitaire a été je pense un cataclysme pour tout le monde et s'il est vrai que le milieu du cinéma en a été particulièrement impacté, je pense qu'il faut accepter l'idée que ce fut une année blanche et que désormais il faut surtout aller de l'avant et à grande vitesse.

Ce qui a été le plus difficile pour moi avec les confinements et les mesures sanitaires, c'était de ne pas pouvoir écrire comme d'habitude.

J'aime voyager et me délocaliser pour écrire, que ce soit sur des terrasses de cafés, en Italie ou ailleurs, et là tout cela était impossible. 

 

Voulez-vous ajouter quelque chose ?
Je dirai juste que ça fait du bien de savoir les cinémas et lieux de culture enfin réouverts. Plus de 6 mois sans grand écran, on n'aurait jamais pensé vivre ça et les émotions ressenties dans une salle obscure et le simple fait de retrouver les spectateurs et leurs sourire me comble de joie et me motive !

 

Merci beaucoup Quentin pour vos réponses et je vous souhaite le meilleur. 

 

Plus d'informations au sujet de Quentin sur TimeArtsur Instagram

sur Twitter et sur IMDb

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Cinema-movietheater.com / Cinema-movietheater.fr / Cinema-movietheater.in 2017